11.05.2018

Le Panthera dans AEROBUZZ

"Pipistrel fait décoller la certification du Panthera" https://www.aerobuzz.fr/aviation-generale/pipistrel-fait-decoller-la-certification-du-panthera/en savoir plus


16.04.2018

AERO 2018 vous attend !

Le plus grand salon aéronautique d'Allemagne et l'un des plus importants d'Europe AERO Friedrichshafen aura lieu du 18 au 22 avril 2018. Pipistrel sera présent à 3 endroits différents cette année : 1) L'emplacement principal...en savoir plus


15.02.2018

Occasion : Virus SW

Appareil flambant neuf, très peu d'heures de vol. Cliquez ici pour voir l'annonce : http://www.finesse-max.com/wp-content/uploads/2018/02/Annonce-SW.pdf en savoir plus


Sinus

Les performances :

Pour ceux qui l'ont essayé ou observé en vol de démonstration cela se passe de commentaires : vous comprenez pourquoi nous dégonflons le moteur à 72 chevaux. C'est principalement de son rendement aérodynamique hors pair que découlent ses performances. Ce rendement aérodynamique lié à la polaire de finesse, maître mot des créations Pipistrel ne sert pas qu'à planer mais se retrouve positivement sur toutes les phases du vol, sous réserve d'avoir des aérofreins et/ou des volets très efficaces pour augmenter la traînée en phase d'atterrissage. Le profilage de la cellule, l'allongement des ailes semi-elliptiques, le profil exceptionnel des ailes mais surtout son respect rigoureux, sont les secrets des performances. Petit conseil pour choisir une machine performante : coller votre œil à 1 cm de l'aile et observez l'état du profil. Faites-le de préférence sur une machine ayant plus de 100 heures de vol. Si vous apercevez des ondulations, le profil n'est pas ou plus respecté. Si c'est le cas, les performances risquent de ne pas être au rendez-vous..
Avec 210 km/h en palier pour 46 CV (Rotax 503) et 200 km/h à 40% de puissance avec le Rotax 912, le Sinus est avec le Virus, l'ULM le plus rapide à puissance égale. Son taux de chute mini et son poids record pour 15 mètres d'envergure, influent de manière impressionnante sur la montée. En effet, il faudra +/- 3 fois moins de puissance pour tenir en palier ou faire monter un ULM dont le taux de chute mini est de 0,90 m/sec, qu'un autre ultra-léger qui chute à 2,70 m/sec. Si nous avons donc dégonflé le moteur c'est que nous n'avons pas trouvé de moteur plus fiable que le 912, surtout dégonflé. En palier et plein gaz, le Sinus 912 dépasse déjà les 250 km/h. Selon notre conception des marges de sécurité, il ne serait pas raisonnable de rajouter de la puissance.
Tout cela se retrouve sur l'autonomie et le budget notamment dans l'usure et le potentiel moteur. Pour parcourir 1000 k m au FL75 avec le 912 à 200 km/h sans vent, il ne vous faudra que 31 kg d'essence sans compter la réserve. Ceci peut vous permettre de rester en masse ULM au départ d'un long voyage même si vous n'avez pas la taille jockey. Avec 4,2 litres au 100 km à une vitesse de 200 km/h, le Sinus 4 temps est probablement l'aéronef motorisé le plus respectueux de l'environnement.
Lors des Championnats du Monde en Espagne, le Sinus a parcouru en épreuves d'économie entre 2,2 et 3,3 fois plus de kilomètres que la machine classée deuxième et il a remporté l'épreuve de vitesse pure. Egalement, Philippe ZEN est toujours détenteur de la « Coupe Volez » avec une consommation de 2,9 litres au 100 km à une moyenne de 171 km/h.

Le tout terrain :

Sa faible vitesse de vol mini (entre 57 et 59 km/h) moteur coupé à pleine charge, ses ailes hautes et son train à grand débattement et très résistant, confèrent au Sinus d'indéniables qualités tout terrain. De plus, les aérofreins liés aux volets constituent l'arme absolue pour se poser derrière des haies ou des collines. Le Sinus décolle et atterrit en moins de 100 mètres. Le pas variable d'origine de l'hélice fait que l'on dispose de la pleine puissance au décollage. Ses qualités et ses performances en altitude (encore +4,5 m/s à 4000 mètres) en font naturellement un remarquable avion de montagne.
Vous pouvez sur train classique interchanger en 10 minutes les roues standards par des modèles brousses. Bien que moins adaptée au tout terrain (on a rarement vu des avions de montagne ou de brousse avec des roulettes à l'avant), la version tricycle est équipée d'un amortissement hydraulique à l'avant limitant le rebond qui est très appréciable sur terrain chaotique. Sa robustesse explique l'augmentation du poids. La version train tricycle peut être aussi équipée en option des roues brousses.

Confort et facilités :

Tous les pilotes apprécieront sa position de pilotage semi-couchée en côte à côte, son accessibilité cabine, son espace, la luminosité de ses grandes verrières, le confort des sièges et surtout ses ailes souples à grand allongement sans haubans qui font effet d'amortisseur de turbulences. Le Sinus est fait pour les longs voyages. L'homogénéité, la précision et l'efficacité de ses gouvernes liées à sa stabilité naturelle font oublier l'appréhension du vol par fort vent. L'absence de dièdre et la faible prise au vent du fuselage rendent étonnamment facile le posé par vent de travers. Le Sinus allie à la fois stabilité et maniabilité. De par sa finesse, le Sinus a besoin de très peu de moteur et il est donc naturellement très silencieux.
Le Sinus est un ULM qui pardonne énormément. Il peut être considéré comme une machine facile, par contre il possède ses spécificités : hélice à pas variable avec mise en drapeau, freins indépendants, aérofreins, train classique. C'est pourquoi, nous offrons 5 à 10 heures de prise en main et de perfectionnement avec Philippe ZEN, lors de l'achat d'une machine neuve.
La partie arrière de la machine est pourvue d'un sac à bagages dans lequel vous pouvez mettre sac de couchage, tentes et matelas. De plus, vous pouvez poser 2 grands sacs à dos dessous. Si vous êtes plutôt « valises », nous vous conseillons l'option soute à bagages solide qui permet d'entreposer vos affaires sans avoir à les arrimer.

Le vol plané :

Il est vrai que le Sinus ne rivalise pas avec les planeurs de compétition dans ce domaine même s'il est possible de les concurrencer dans les ascendances serrées. Cependant, le Sinus a de loin la meilleure finesse réelle et de très loin la polaire la plus plate parmi les motoplaneurs ULM (hors planeurs motorisés). Nos clients font fréquemment des distances respectables de plus de 300 Kms, hélice en drapeau. La visibilité en virage liée à l'aile haute choque les puristes vélivoles au premier abord, bien que statistiquement la majorité des collisions en vol a lieu en ligne droite. Au bout de quelques heures, ils se rendent compte qu'en utilisant notamment la lucarne, la visibilité est très acceptable et surtout, ils comprennent qu'avec une machine croisant à plus de 200 km/h, l'intérêt d'utiliser la pompe à côté du treuil où sont agglutinés les copains est très limité. Au pire, si trop de vélivoles ou de parapentes vous rejoignent, il très facile de remettre un petit coup de moteur. La généralisation de l'anti-collision Flarm finira de convaincre les sceptiques qui pratiquent dans les régions à forte densité vélivole. Le Sinus offre un vol à voile ludique, simple et surtout autonome. Vous pouvez passer de l'hélice en drapeau à la montée en moins de 3 secondes. Cela permet le vol à voile par plafond bas, loin du terrain, en dynamique sur les collines, là où sont pénalisés les planeurs traditionnels même motorisés.
Le Sinus est l'outil idéal pour l'initiation et le perfectionnement au vol à voile. Son redémarrage quasi immédiat, permet d'explorer de nouveaux circuits sans risquer une « vache » contraignante, de louper une ascendance ou une transition. Avec le Sinus, rejoindre l'onde est d'une facilité presque anti sportive. Si votre terrain de décollage se situe à 200 km des montagnes, il vous faudra moins d'une heure pour les atteindre. Si un « besoin naturel » se fait pressant, vous pouvez vous poser sur un terrain ou une alti-surface puis rependre votre périple. En fin de journée, vous pouvez rentrer sereinement dans le soleil couchant quand les ascendances se sont éteintes. Si pendant l'hiver vous ressentez l'appel de l'ascendance, il est possible de rejoindre le Maroc en une journée de vol, sous réserve météo.
Bref, si le Sinus ne plait pas forcément aux compétiteurs qui considèrent un redémarrage moteur comme déshonorant (bien qu'il y en ait parmi nos clients), ce motoplaneur continuera de séduire les passionnées du vol silencieux qui auront pris le temps de comprendre les possibilités qu'il peut leur offrir.

Qualité de fabrication :

Le Sinus est construit en carbone, verre et kevlar utilisant principalement la technique "sandwich sous vide". Le fuselage en version allégée est en sandwich carbone nid d`abeille kevlar. Cette fabrication high-tech pratiquée pour les planeurs les plus performants, lui confère une solidité à toutes épreuves (testé à rupture à +/- 11,2 G à pleine charge). Les ateliers composites ont acquis leur savoir-faire et leur technologie en fabriquant des planeurs certifiés.
Dans certains pays, le Sinus est homologué à 540 kg. Ce n'est que pour des questions de législation qu'il est identifié en France à 472,5 kg avec parachute. Pipistrel s'est volontairement contraint au niveau de la conception, des tests et récemment de la production à la norme CS/JAR 22, plus dure que celle des avions et des ULM. Elle est conçue pour les planeurs plastiques dont la vocation est de voler en fortes turbulences sans fatigue structurelle. Cette règle implique au niveau de l'homologation, des restrictions beaucoup plus importantes que les règles ULM françaises. Par exemple, sur les nouveaux modèles, nous aurions pu mettre une VNE à 269 km/h en CS/JAR VLA mais cette VNE retombe par notre propre choix de sécurité à 225 km/h. Selon notre opinion, les constructeurs qui ne prennent pas de telles marges de sécurité peuvent avoir des problèmes de fatigue structurelle à moyen ou long terme. Les tests de résistance et de fiabilité sont également beaucoup plus poussés et complets. La norme CS/JAR 22 impose une traçabilité et une homogénéisation de construction rare dans le domaine de l'ULM, c'est pourquoi un Pipistrel n'a rien à envier en terme de fiabilité structurelle et durabilité à un avion et surtout à un planeur certifié.
Sur toute les machines produites, aucun défaut de réalisation plastique majeur n'a été constaté. La première révision structurelle complète doit être effectuée à 10 000 heures de vol, le potentiel étant de 30 000 heures de vol. Chez nous, aucune machine n'est livrée avant la fin d'un programme d'essai en vol de 4 à 6 heures. Quant à la finition et au montage mécanique, vous pourrez les admirer vous-même. Beaucoup de planeurs et d'avions pourraient s'en inspirer. La qualité de son refroidissement moteur et son imputrescibilité (plastique époxy, inox, etc...) entre autre, en font un appareil idéal pour les tropiques.
Si vous essayer un Sinus ancien modèle même s'il vole très bien et qu'il paraît comme neuf pour certains, plus de 200 améliorations ont été apportées sur les nouveaux modèles. Attention, les ULM sont des machines non certifiées (homologation à titre déclaratif) : il est donc intéressant de contrôler vous-même les données annoncées notamment les poids et les performances.

Sécurité :

L'extraordinaire finesse et l'excellent taux de montée rassureront ceux qui craignent l'arrêt moteur. En croisière à 2100 mètres, le Sinus peut planer sur un rayon de 60 km, soit couvrir un diamètre de 120 km, ce qui permet d'être local d'un aérodrome sur la majeure partie du territoire français. Vous pourrez traverser forêts, bras de mer ou montagnes sans appréhension. De plus, les aérofreins permettent au pilote de réguler la précision d'atterrissage aussi aisément qu'au moteur, surtout si vous n'êtes pas un champion. Toutes les commandes de vol (volets, aérofreins, trim, mise en drapeau de l'hélice) sont mécaniques et non électriques. Elles sont donc efficaces immédiatement, ne tombent pas en panne et restent disponibles en cas de problème électrique. En voyage, si la météo se gâte, le Sinus descend à 17m/sec avec pleins aérofreins sortis à 180 km/h.
Son habitacle renforcé forme un arceau de sécurité extrêmement efficace. Les parties proches du corps sont blindées en kevlar. Sa structure déformable, sa masse à l'avant (moteur) et ses ceintures 4 points assurent une sécurité passive hors du commun. Son décrochage prévenant est très doux et il est quasi impossible en virage : cela est dû entre autre, à la conception de son empennage en T qui a également l'avantage d'annihiler les effets du moteur. Même avec une remise de gaz violente, le Sinus reste stable. Le parachute pyrotechnique a été testé en conditions réelles, au-delà de la VNE. Le modèle choisit, s'ouvre presque instantanément. Le Sinus a été testé en flutter au delà de 300 km/h (modèles à partir de 2004). Les durites, la cloison moteur et les capots moteur sont blindés anti-feu. Le circuit électrique est pourvu de deux coupe-circu its. Les instruments possèdent une alimentation de secours autonome de 6 heures et des alarmes sonores et visuelles de dépassement des paramètres.
Les Sinus et Virus sont, à notre connaissance les seuls ULM à être pourvus de la totalité de ces éléments de sécurité. Des bulletins d'informations sont envoyés gratuitement à tous les possesseurs de machines et un technicien est à votre écoute plus de 300 jours par an. Sur plus de 100 ULM Pipistrel passés par le distributeur français, aucun accident grave n'a été déploré. Nous continuons à mettre toute notre énergie en œuvre pour que cela continue, tout ceci pour vous permettre de voyager et de planer longtemps en toute quiétude.

Mentions légales